Les 6, 7 et 8 mars derniers les communes de Bitschhoffen, Mietesheim et Mertzwiller (Bas-Rhin- Alsace) s’étaient associées pour célébrer le 75e anniversaire de leur libération.
Cet évènement avait été préparé et organisé par des reconstituants et passionnés d’histoire : Damien Bauer, Materne Schaerlinger, Pascal Hoernel, Thomas Féry, Loïc Foisset, Éric Schell, et Léa Stumpp.
Et pour les communes : Jean-Marie Ott (maire de Miestesheim), François Anstett (maire de Bitschhoffen), Jean-Claude Strebler (maire de Mertzwiller).
Les festivités avaient démarré le vendredi soir, avec au programme trois conférences sur les thèmes de la libération de l’Alsace du Nord, l’incorporation de force des Alsaciens dans l’armée allemande, suivies de l’inauguration d’une exposition sur le thème de la Libération.
Le samedi matin du 7 mars, les reconstituants et les collectionneurs de véhicules s’étaient donné rendez-vous dans le village de Bitschhoffen, où se tenait une magnifique exposition avec de nombreux matériels d’époque, des mannequins présentant les uniformes des belligérants. Au programme, devant un public venu en nombre, une reconstitution de combats autour de l’église du village, suivi d’un défilé de véhicules d’époque, et d’un moment solennel avec l’inauguration de deux plaques commémoratives en l’honneur des libérateurs.
Ce village, libéré, par la 45e division d’infanterie US, une première fois après de violents combats le 1er décembre 1944, sera réoccupé par les Allemands après le retrait stratégique américain du 20 janvier 1945 (opération allemande Nordwind). Le village sera presque entièrement détruit en mars 1945 lors de sa seconde Libération (opération américaine Undertone). Le Lieutenant O’dean Cox à la tête de la compagnie K du 143e RI de la 36e division d’infanterie US libérera la localité, ce qui lui vaudra une citation présidentielle.

Durant l’après-midi, dans le village voisin de Mietesheim, débuta, là encore devant un public venu en nombre assister aux festivités, une bataille dans la rue principale qui en 1945 avait déjà été témoin des combats. Puis, une cérémonie émouvante avait trouvé place au centre du village avec notamment l’allocution d’une habitante qui avait vécu les événements à l’époque ainsi que le dévoilement d’un monument en l’honneur des deux divisions américaines qui avaient libéré par deux fois le village : la 45e en date du 3 décembre 1944 et la 36e le 15 mars 1945.
Dimanche 8 mars, ce fut au tour de la ville de Mertzwiller de se souvenir du sacrifice consenti par les soldats américains pour ses deux libérations et également du calvaire vécu par les civils terrés durant des semaines dans leurs caves. La journée avait commencé par une reconstitution de combat autour de l’ancien moulin, qui porte aujourd’hui encore les stigmates de ces terribles journées de mars 1945. Il s’ensuivit une cérémonie au monument aux morts où deux plaques commémoratives ont été dévoilées.

À l’instar des villages de Bitschhoffen et Mietesheim, Mertzwiller connut deux libérations : une première fois le 10 décembre 1944 par la 103e division US et la seconde le 16 mars 1945 par les hommes du 3e bataillon du 142e RI de la 36e division, commandé par le lieutenant-colonel Everett Simpson. La libération de Mertzwiller fut marquée par le sacrifice du soldat Sylvester Herrera qui s’était distingué en montant seul à l’assaut d’une position ennemie avec quelques grenades et sa carabine M1. Il marcha sur une mine qui lui arracha un pied et partiellement l’autre au niveau des chevilles. Malgré ses blessures et la perte importante de sang, il continua à se battre, en rampant jusqu’à la position ennemie qu’il neutralisa. Il se verra attribuer la Medal of Honor pour son acte de bravoure.

Ce fut un week-end commémoratif très riche en émotions auquel ont participé les associations : Lorraine US Infantry 44, ARAS, RMT-52, the Trailblazers, Fallschirmjäger-Regiment 21, Les fantômes de la 11e Panzer, Nord Gruppe, DAAO, Indian Head, Delta Force 44, Collection Fehr, VMTE, Collection Durrenbach, et HMC.

Publié le

Photos

Julia Korff, Paul Mazoyer, Patrick Ozanne, Storiig’s Pics, Materne Schaerlinger

Lire aussi