Notes de lecture par P. Charbonnier et JL Perquin.


75 ans de forces spéciales belges, des SAS au Special Forces Group
À signaler ce superbe livre, grand format et 400 pages, très abondamment illustré sur l’épopée des SAS belges.
A l’instar de nos parachutistes, la compagnie belge indépendante créée en novembre 1941 est intégrée à la SAS Brigade le 5 février 1944. Les SAS belges comprendront 573 hommes, 76 seront blessés et 24 tués. Ils accomplissent 6 missions en Normandie et juillet et août, puis en Belgique le même mois. En septembre-octobre, ce sont 4 opérations aux Pays-Bas.
Les SAS belges participent ensuite à la Batailles des Ardennes fin décembre 1944. Ils sont en avant-garde de la 1re armée canadienne lors de libération des Pays-Bas et terminent la guerre en Allemagne.
L’ouvrage présente également de nombreuses biographies telle que celle du Major Bob Melot, négociant en Egypte, qui rejoint dès 1940 l’Armée anglaise et combat au sein de la British Arab Force. Blessé en septembre 1942 lors des raids sur Benghazi, il est incorporé au 1st SAS Regiment en avril 1943. Au printemps 1944, il participe à l’élaboration des plans de la brigade SAS en France. Parachuté dans la nuit du 28 au 29 juillet 1944, il décède lors d’un accident en jeep le 31 septembre.
Les paras des missions spéciales sont également évoqués (Intelligence Service, SOE, plan Jedburgh et Special Allied Air Reconnaissance Force).
Le 1er avril 1951, le régiment de parachutistes SAS prend l’appellation de 1er bataillon de parachutistes, incorporé au Régiment para-commando, et des volontaires participent à la Guerre de Corée. Le bataillon de parachutistes est actif au Congo belge. Suivent des opérations au Niger, au Zaire (Kolwezi), en 92 en Somalie, UNAMIR au Rwanda.
Il est dissous le 27 août 2010, ses traditions sont reprises par le Special Force Group. Attention, seulement 100 exemplaires en français !
asbl Amicale Belgian SAS Vriendrenking vzw, Beverlaii 31, 8500 Courtrai, Belgique
www.belgian-sas.be


De Gaulle sous le casque
par Henri de Wailly
Ouvrant des perspectives nouvelles en France sur l’utilisation des chars, le commandant Charles de Gaulle publie en 1934 Vers l’armée de Métier, qui trouve un écho de plus en plus large dans l’armée et le monde politique. De 1934 à 1939, il poursuit son projet d’unités cuirassées qui, en 1935, le mène avec Paul Reynaud devant le Parlement. Enfin, placé en 1940 à la tête d’une unité de chars, le colonel de Gaulle se trouve engagé dans la bataille de Moncornet, qu’entoure une légende, puis celle de Crécy-sur-Serre, pratiquement inconnue, et enfin, du 28 au 30 mai dans la bataille d’Abbeville, particulièrement violente. Le 6 juin, Paul Reynaud l’appelle au gouvernement. Ce livre embrasse donc l’ensemble de la carrière de l’officier de chars que fut Charles De Gaulle.
Pour avoir interviewé de très nombreux acteurs de ces combats, et notamment les membres de son état-major, l’auteur fait revivre le personnage avec une acuité surprenante. Vif, contrasté, rapide, ce récit très documenté nous emporte des centres de décision au terrain, du PC même du général à celui de son adversaire. L’image qui s’en dégage est celle d’un chef militaire solitaire et énergique mais aussi sourd à tout conseil, jaloux de son autorité, plus attaché aux données stratégiques de la guerre qu’aux conditions imposées du combat.
Un ouvrage original, sans complaisance, enrichi de sources allemandes, qui éclaire de façon magistrale les raisons majeures de notre effondrement militaire, et donne des combattants français de 1940 une image de sacrifice bien différente des souvenirs que l’on en a souvent donné.
Auteur d’études remarquées sur 1940 et le Levant français, conférencier à l’Ecole d’état-major et ancien enseignant assistant à Saint-Cyr, Henri de Wailly a publié notamment L’Effondrement (1940), Syrie 1941, la guerre occultée, ouvrage couronné par l’Académie des sciences morales et politiques, et L’Empire rompu consacré à l’origine des guerres coloniales.
Editions Perrin, 448 pages, format 154 x 240 mm, parution juin 2020, 25 €


Devises de l’armée française
par Alban Perès
Des cris de guerre retentissant sur les champs de bataille du Moyen-Age aux sentences visibles sur les insignes, écussons et autres fanions des unités contemporaines, les devises ont depuis toujours accompagné les militaires. Ce sont ici plus de 1 600 d’entre elles qui sont recensées, correspondant à plus de 4 000 unités de l’armée de terre, de la marine, de la gendarmerie et de l’armée de l’air.
Préfacé par le conservateur du Musée de l’Armée, cet ouvrage agréable est le travail d’un sous-officier de gendarmerie passionné par l’héraldique. Ce «devisaire » organisé de façon alphabétique permettra de découvrir de belles traditions et parfois des jeux de mots très spirituels. Il est abondamment illustré en couleurs de gravures et surtout d’images d’insignes. Ce sera aussi un outil utile pour les collectionneurs car permettant d’identifier une unité par la devise qui figure sur son écusson.
29 €, 366 pages, format 214 x 210, éditions Arcades Ambo, Nice.
info@arcadesambo.fr


Hackenberg, le géant de la Ligne Maginot
par Michel Truttmann
Les éditions Ares, qui ont publié déjà plusieurs ouvrages sur notre armée en 1940 (signés E. Barbanson, P. Binet et S. Bastien, etc.) proposent ce pavé sur le Hackenberg, le plus gros ouvrage de la ligne Maginot.
Construite entre 1929 et 1935, cette forteresse enfouie par endroits à 96 mètres de profondeur, est démesurée : deux entrées et 17 blocs de combat, 25 canons et 10 kilomètres de galeries souterraines.
En 1940, 43 officiers et 1 040 soldats y vivaient. Déclenchant ses feux meurtriers en juin 1940, il est épargné d’une attaque directe. Entretenu jusque dans les années 1970, il est cédé en 1975 à l’association Amifort-Veckring. Depuis, il est partiellement ouvert au public et reçoit près de 50 000 visiteurs par an.
Pour la première fois, Michel Truttmann, spécialiste reconnu, explore l’ensemble des domaines liés à la conception, à la réalisation et à l’histoire de ce géant. Ce travail novateur, fruit de 45 années de recherches, est illustré de près de 400 photos, plans et schémas.
Format 215 x 305, 188 pages, 39,90 € + 7 € port.
www.editions-ares.fr
BP 70021, 54201 Toul Cedex.


Tanguy et Laverdure, coups de feu dans les Alpes
par Buendia, Cunin et Durand
Une note de légèreté pour terminer car, malgré le décès de leur créateur, Uderzo, les chevaliers du ciel volent encore ! Dans une veine « classic » ou « vintage », on ne fait pas mieux et ce nouvel opus satisfera les nostalgiques. L’histoire nous mène en 1964 et nos compères sont chargés de promouvoir chez le voisin helvétique le nouveau Mirage. Le scénario est ultra-classique, avec espions fourbes, aventurière fuselée comme un avion de chasse mais pourvue de scrupules, des aventures sur neige très 007, et surtout la découverte des Forces aériennes suisses, de leurs traditions et de leur folklore.
52 pages, couverture cartonnée, format 240 x 320. 14,95 €
www.dargaud.com

Publié le

Lire aussi