Nous terminons l’étude du contenu détaillé des porte-cartes allemands de la 2e guerre mondiale avec la présentation des autres objets ou documents qu’ils peuvent contenir.

Non décrits dans les articles précédents, d’autres objets, bien souvent d’achat personnel et pouvant notamment être utilisés avec des cartes peuvent être logés dans les porte-cartes, de sont tout d’abord les règles à calcul (Rechenschieber), les loupes (Lupe), etc.

Règles à calcul et loupes
Règle à calcul (Rechenschieber) modèle A.W. Faber « Castell » 386 D.R. Patent N° 206428, produit entre 1924 et 1935. D’une longueur de 15,8 cm et d’une largeur de 3,2 cm, la règle est ici présentée avec son étui cartonné.
Ce type d’instrument est principalement utilisé par les personnels d’artillerie et du génie.
Remarque : la plupart des règles à calcul d’époque mesurent 30 à 32 cm de long et ne peuvent donc être logées dans les porte-cartes. Seules des règles dont la longueur maximale est de 20 cm peuvent donc convenir.
La mention DRP abandonnée en 1945 permet d’identifier une fabrication avant la fin du conflit.
(Photo et collection Franck Chevallet)

Très utiles pour observer des détails sur les cartes, des loupes sont souvent emportées dans les porte-cartes.
Ici un exemple de loupe pliante (Klapplupe). Les dimensions sont de 6 x 4 cm. Comme bien souvent, seule la présence des sigles D.R.P. ou D.R.G.M., comme ici, permet une datation.

Manuels réglementaires
Exemple de manuels réglementaires pouvant être placés dans un porte-cartes d’un officier ou d’un chef de section du génie. De gauche à droite : manuel H.Dv. 316 Pionierdienst aller Waffen – édition 1936 –, Ergänzungsheft zur H.Dv. 316 (livret complémentaire) Pionierdienst aller Waffen – édition 1941 –, manuel Pionier Fibel. Ces manuels sont indispensables à ces personnels, car ils contiennent des informations précieuses sur le terrain, comme, par exemple, les formules de calcul de charges pour les destructions par explosifs ou les informations nécessaires à la construction de ponts de charpente.

Documents divers
Plusieurs documents peuvent également être contenus dans les porte-cartes, tels des manuels réglementaires H.Dv, des guides de conversation (Sprachführer, Wörterbuch…), des fascicules sur les sigles tactiques ou des agendas de poche (liste non exhaustive).

Les manuels de conversation
On retrouve fréquemment des manuels de conversation dans les porte-cartes. En effet, dans les pays occupés, il est souvent indispensable de communiquer avec les autochtones.

Les fascicules sur les sigles tactiques
L’emport de fascicules sur les sigles tactiques dans le porte-cartes peut s’avérer très utile pour renseigner avec précison des cartes.

Les agendas de poche
Comportant, outre un calendrier et des pages d’annotations journalières, les agendas de poche contiennent bien souvent d’autres informations qui peuvent se relever utiles sur le terrain, comme le tableau de détermination de la vitesse du vent. On les observe donc souvent dans le porte-cartes.

(À suivre, compléments et additifs)

L’auteur tient à remercier Franck Chevallet, Christian Burgert – conservateur du musée mémorial des combats de la Poche de Colmar–, et F. Bachmann, qui m’ont transmis certaines photographies présentées dans cet article.

Dans le but d’améliorer et de parfaire les connaissances sur les porte-cartes et leur contenu, l’auteur est particulièrement intéressé par toutes photos et documents qui pourraient faire l’objet d’un complément à cette série.
Écrire à la rédaction : militaria@histecoll.com

Publié le

Texte

Frédéric Schmittlin

Photos

Frédéric Schmittlin

Lire aussi